Incendie criminel du collège Lucie Aubrac dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble

Dans la nuit de samedi 10 juin à dimanche 11 juin, un incendie criminel a causé la dégradation quasi-totale du collège Lucie Aubrac dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble. Hors d’usage, le bâtiment ne peut pas accueillir les élèves jusqu’à nouvel ordre.

Le jour même, je me suis rendu sur place.

Je suis choqué par de tels actes de violence, par ce vandalisme contre l’éducation, cette mise à sac de lieux de vie. Les jeunes, qui s’en sont pris au collège, piétinent tous les efforts qui ont pu être fait pour en faire de véritables citoyens intégrés à notre société. Ils ruinent toutes les bonnes volontés. Ce sont de véritables criminels.

Heureusement, aucune victime n’est à déplorer et le feu est désormais éteint. Mais, au-delà, le symbole d’un incendie de collège est terrible. Il faut durement sanctionner les auteurs de ces actes, sans demi-mesure. J’en appelle au Garde des Sceaux, F. Bayrou, et au Ministre de l’Intérieur, G. Collomb, pour intervenir et tenter de rétablir l’ordre dans la Ville de Grenoble, dont la municipalité a supprimé la vidéosurveillance. Il faut donner des signes en ce début de quinquennat, sinon ce sera l’escalade.

Dans ce contexte, je tiens encore à saluer l’intervention des pompiers et forces de l’ordre, qui ont dû faire face à ces jeunes acharnés les harcelant à leur arrivée sur site. Tout ce professionnalisme et ce sang froid méritent d’être reconnus et remerciés par tous les Grenoblois et plus largement Isérois.

Il est urgent également que chacun comprenne que la sécurité des quartiers doit être l’affaire de tous les citoyens et de tous les parents. De plus, l’éducation des jeunes ne peut relever de la seule responsabilité de l’Education Nationale et des collectivités.

Les services du Département sont sur le pont pour gérer les conséquences de l’incendie, en lien avec l’Académie et la Préfecture. L’urgence est de trouver une solution pour l’accueil des collégiens, avec une priorité pour les 3èmes qui doivent passer leur brevet. Nous étudions toutes les possibilités à l’oeuvre. Nous tiendrons informés la Ville de Grenoble de la décision prise.